Le Babi Guling : à la découverte d’un plat typique balinais

pig_roasting_on_a_spit

Avec ses belles plages et ses particularités culturelles, l’« île des dieux » accueille chaque année de nombreux touristes venus de tous les pays. À Bali, les sportifs, les mordus d’aventures et les vacanciers peuvent profiter largement de leurs activités de prédilection sous le soleil et dans le cadre panoramique de l’île. Ce voyage en Indonésie sera aussi l’occasion de s’adonner à une découverte culinaire. En passant par certaines enseignes, les visiteurs auront la chance de goûter au Babi Guling, un plat typique local.

Un plat à base de viande de porc dans un pays musulman

Ceux qui ont déjà passé quelque temps en Indonésie ont certainement remarqué la forte influence de la culture arabe sur les pratiques locales. L’importance de l’islam et des coutumes musulmanes n’est plus à vérifier dans ce petit pays d’Asie du Sud-est.

Cependant, lors de leur séjour à Bali, les visiteurs constateront que cette belle île présente quelques particularités. Le Babi Guling fait partie de l’un de ces aspects spécifiques de l’île. Mais comment une recette de porc a-t-elle pu franchir la frontière pour devenir un plat typique dans cet État où l’on respecte autant les préceptes de Mahomet ? C’est simplement parce que sur l’île des dieux, les héritages ancestraux mêmes dans le domaine de la gastronomie ont été gardés malgré les influences extérieures.

C’est dans la ville d’Ubub, chez les warungs (le nom des restaurants locaux) que l’on peut découvrir cette merveille culinaire. Le Ibu Oka, l’une des enseignes les plus connues dans la région, propose quotidiennement le Babi Guling. On peut facilement reconnaître l’établissement par la petite pancarte sur laquelle figure l’image d’un cochon. Il faudra aussi songer à partir très tôt si on veut éviter de faire la queue. Normalement, puisque le Babi Guling est une spécialité culinaire traditionnelle, on le verra surtout à table pendant les fêtes et cérémonies locales. Ainsi, on aura plus de chance d’en déguster en compagnie des habitants pendant le Nyepi (Nouvel An solaire balinais) et le Galungan.

Et pour la recette ?

La préparation de ce cochon de lait farci à la broche est assez simple. Le secret de la recette réside tout d’abord dans l’assaisonnement de la viande. Les Balinais utilisent des épices classiques telles que le piment, le gingembre et l’ail. Ils y ajoutent ensuite quelques feuilles de tapioca. Il suffit après de monter l’animal entier sur la broche.

De temps en temps, le cuisinier asperge de l’eau de coco pour réhausser goûts et odeurs du plat, mais surtout pour que la peau du cochon puisse avoir ce magnifique aspect caramélisé. Si les voyageurs prévoient de refaire le Babi Guling chez eux, ils peuvent utiliser de l’huile d’olive à la place de l’eau de coco. Les feuilles de tapioca peuvent être aussi remplacer par du thym et du romarin. Ce mets typique à Bali se sert avec du lawar nangkah, un genre de salade végétarienne, du boudin et quelques abats frits. On peut aussi le déguster avec du riz ou de la soupe selon les envies de chacun.

Lire d’autres articles sur notre blog ici.